Citation Lorraine : - Passe la relavotte pour faire propre la table

Loisirs

Courses hippiques dans la prairie fin XIXe début XXe



 

 

Grande effervescence dans la prairie: les dragons paradaient à la belle époque

 

Loisirs

Cinéma



Toujours en avance Jolivet !

Séance du 2 mai 1926 du conseil municipal. Achat d'un appareil de projection cinéma.

(Extrait du p.v.)  

Connaissance prise d'une société les amis des écoles de Meurthe et Moselle qui, pour encourager l'enseignement, par offre de fournir aux communes un appareil cinématographique «  Pathé baby  scolaire » avec une série de 200 films dans des conditions très avantageuses

Le Conseil autorise l'achat de l'appareil pour une somme de 600 francs.

Cette activité a perduré jusqu'à la fin des années 70. L'actuelle salle du conseil municipal servait de salle de cinéma en hiver, le samedi soir. La séance était animée par l'instituteur M. Guyot dans les derniers temps.

Loisirs

Carré de laine



Depuis octobre 1981 un petit groupe de femmes, âgées pour la plupart, monte, les mardis après midi de chaque quinzaine, au presbytère.

Elles passent leur temps à tricoter en toute convivialité. La première responsable est Melle  Dancourt. Leur but est de confectionner des couvertures à partir de carrés de laine de même dimension. Elles sont envoyées en Afrique.

C'est leur contribution à l'aide aux pays en difficulté.  Rien n'est perdu, toutes les pelotes qui traînent sont réutilisées. Pourtant cela ne suffit pas, parfois elles achètent avec l'argent que leur procure une vente annuelle d'objets soit issus de donations ou confectionnés par elles mêmes. Souvent elles proposent des tapis au crochet.

L'abbé Burton "Loulou" leur rendait visite à quatre heures pour boire le café. La responsable suivante fut Mme Petit et ensuite par Mme François Georgette. Cette activité bénévole cessa dans les années 95, faute de participantes.

Loisirs

Foot à Jolivet



  

L'équipe après la libération                                       Le public près du stade en 60 situé au bord de l'avenue

 

Une équipe de jeunes à l'inauguration du terrain en 1980 en haut du village avant l'installation du tennis.

L'association de foot existait déjà avant la seconde guerre mondiale. Elle fut relancée en 1948. Pour mémoire en matière de sports, une équipe de basket également s'entraînait sur un terrain situé dans les jardins de l'ancien presbytère. 


L'équipe de foot jouait sur un terrain appartenant à un privé. Il était situé au bord de la route de l'avenue de Jolivet. (Actuellement la maison de Mme Gauthier).
La vente de la parcelle entraîna la dissolution de l'association en 1958. La municipalité étant dans l'incapacité de fournir un terrain adéquat. En 1982, une équipe de bénévoles relança l'Union Sportive de Jolivet : U.S.J.

Un échange de parcelles,  engagé avec M. François André et la commune, permit de réaliser deux terrains de foot au Pâtural avec un vestiaire.

 

Loisirs

Luge au bois de sapins dans les années soixante



En 1959, devant l'église sous une neige abondante.

 

Nostalgie!

Ils étaient de jeunes enfants, aux joues rougies par la bise froide hivernale, à pousser des cris de joie au bois de sapins : lieu privilégié de leurs descentes de luge le jeudi après-midi ou les jours fériés. La neige était bien tassée par les multiples allers et retours d'une vingtaine d'enfants et leur luge en bois, garnie d'un fer à plat facilitant la glisse.
La sortie du bois, ils traversaient facilement  la route grâce au petit pont enneigé. Rien à craindre car le passage des voitures par ces temps était plutôt rare. Les adultes fermaient les yeux sur leurs escapades. Leur jeu favori était de faire le train :

Ils accrochaient deux luges l'une derrière l'autre. Ils s'imaginaient monter un attelage sérieux sur lequel s'asseyaient six à sept enfants, collés l'un derrière l'autre. La descente paraissait vertigineuse et constituait un vrai exploit. Parfois, pour changer ils allaient dans le parc de Froide Fontaine qui offrait une descente plus raide et plus longue. A la tombée de la nuit, il fallait rentrer, ranger les bottes à coté du fourneau, mettre les pieds dans le four de la cuisinière pour les réchauffer. 

Les autres jours, ils descendaient la rue de l'église et glissaient sur l'eau gelée des caniveaux.  C'était leurs vacances de sports d'hiver à la neige, dans les années mille neuf cent soixante.  Aujourd'hui, plus de neige, plus de sapins, plus de cris d'enfants résonnant dans le bois.

 

Loisirs

Théatre



Depuis les années trente jusqu'en 1972, l'activité théatrale était particulièrement développée à Jolivet. Plusieures générations d'enfants, d'adolescents, d'adultes se sont enrichies grâce à cette activité culturelle.
 

  

  

La troupe théâtrale

 

Loisirs

Fête des écoles



  

  

Loisirs

Fête du village



Manège en 1950 sur la route près de la place

Tradition très respectée dans beaucoup de familles jusqu'à présent même si ces dernières années elle n'a plus du tout l'ampleur connue aux vingtième et dix neuvième siècle. La nouvelle génération dispose d'autres loisirs. Aujourd'hui les forains, non seulement ne paient plus une contribution, mais au contraire, reçoivent une participation de la commune en échange de tours gratuits en faveur des enfants. Et surtout, il n'y plus de bal depuis les années 1980. Autres temps, autres moeurs. Pour exemple en 1841, le règlement  de Jolivet interdisait les tenues indécentes au bal et tout attroupement de personnes dans les rues à partir de dix heures du soir pour éviter les tumultes. Aucun outrage public contre la pudeur ne doit être commis.
Qu'on se le dise. Également la même année, pour la fête, un règlement de police obligeait les habitants à balayer devant leurs maisons, à relever leur fumier, à dégager les cassis (1) pour faciliter l'écoulement des eaux. Les gardes-champêtres étaient chargés de la bonne exécution des arrêtés. On pouvait louer sa maison à un forain à condition de le déclarer au Maire.  En 1853, un arrêté prévoit l'interdiction de jouer à l'argent aux cartes et aux quilles. Pendant les offices les tenanciers de cabarets ne pouvaient servir de boisson.  En 1877, les chevaux de bois paient 5 francs pour les deux jours. Les marchands de fruits, souvenirs et autres paient pour les deux jours aussi : 10 centimes par mètre carré de terrain occupé.

La plus belle fête du village restera, dans sa tête, celle de son enfance.

 1: caniveaux en pavés